Retour sur la 9eme édition du festival Marsatac à Marseille !


Deux week end pour cette 9ème édition du festival. Marsatac investit la ville durant neuf jours avec pour le week end du 21 septembre Pierre Henry le vendredi et le samedi une soirée au cabaret aléatoire, avec X-Pression (Marseille), Broke’n’english, Toolshed, Kill the young, The Tigerpicks.


C’est pour le week end « musiques actuelles » à l’esplanade St jean que nous sommes venues dans la capitale du soleil.
Deux soirées aux programmations alléchantes qui nous ont mis l’eau à la bouche. Nous y sommes allées pour être rassasié et nous n’avons pas été déçu par l’affiche que les organisateurs proposaient.

Le temps d’arriver sur Marseille et de se mettre en condition, nous voilà sur le chemin de notre festival favori de cette fin d’été. C’est aux alentours de 21h30 et dans une file bondée que l’on entend les premières notes d’Architecture in Helsinki que nous ne voulions pas rater. Tant pis, il faudra attendre que les possesseurs de tickets digitik se fassent scanner pour rentrer sur le site.
Nous avons quand même pu profiter de 30 minutes d'un concert d'ouverture frais et fortement enjoué d'AIH, qui nous ont ravi comme à leur habitude : sur scène c’est une espèce d’osmose survoltée qui régnait.
Echangeant leurs instruments avec la plus grande aisance, le magnifique 'Do The Whirlind' fut un vrai régal et pas mal de malchanceux ont pu profiter de ce moment par mobile interposé.

Fin de notre premier concert, la soirée ne faisait que commencer. Direction la scène Pharo pour la suite. Aux platines : Swayzak, son son « électro efficace » a fait danser les clubbers qui ont pu profité d’un son clair sans fioritures. Nous avons également assisté au début du set électronica de Nathan Fake avant de retourner à la scène major ou les Dead 60’s ont rempli le chapiteau de leur rock savamment teinté de ska. Ils nous ont submergé de leur pop aux riffs inspirés des Clash ou encore de Madness.

Nous n’avons pas pu assister au live d’Apparat qu’on entendait de loin, mais avons attendu sagement la venue des Young Gods, groupe mythique des années 90, rois de l’ambient indus comme on n’en fait plus. Malgré une qualité de son décevante, les compères nous ont arrosé de vieux et de nouveaux morceaux, un set pleins de découvertes.

Malheureusement, il a été difficile de se repérer dans la programmation dans la mesure où les heures de passage de chacun ont été modifiées. Ayant prévu de voir la quasi-totalité du set de Simian Mobile Disco, il n’a été possible de les voir qu’une petite demi heure avant le set de Modeselektor à ne pas louper.
Que l’on se console, le live péchu de Simian Mobile Disco alternant club et riffs rageurs en ont réveillé plus d’un, si tenté que le public ait pu flancher !

3h45 : A l’avant poste de la scène pharo, tout le monde semble prêt à recevoir le set des deux allemands du label B.Pitch
Leur dernier album tout juste sorti, ils ont essayé de proposer le meilleur de leur nouvel opus ainsi que les classiques qui ont fait leur succès : les featuring avec TTC, Hasir…
Certains ont été déçu par la performance trouvant les morceaux longs et sans force et moins entraînant que ceux de l’album Hello Mom.. C’est vrai qu’il manquait quelques morceaux « tubesques » mais on ne demande qu’à connaître mieux leur nouvel album. Qu’on se rassure, Modeselektor reste « une bande de mecs sympas », cependant le set était un peu trop figé par le laptop.

Pour clore cette première soirée de festival, c’est sur para one que la plupart des festivaliers ont quitté le superbe site en bord de mer.


La deuxième soirée du festival s’annonçait tout aussi bien et en tout cas plus remplie que la veille.
Arrivées un peu tard, nous n’avons pas eu le privilège d’assister à The Cinematic Orchestra, pourtant référent d’un électro jazz mélodique et cuivré.
C’est sur Mos Def que notre soirée commença, avec son hip hop américain bien à lui. Très créatif, il a su proposer son rap teinté de soul. Le public était au rendez vous pour voir cette figure du hip hop US.

Quelques moments de pause avant d’aller rejoindre le chapiteau ou allait se produire Les Svinkels. En attendant, le son de MOP résonnait au loin. Le duo composé de Billy Danzenie et de Eric Murray nous as transporté quelques instants dans l’univers du gros rap américain. Au loin, à contre jour des éclairages on pouvait apercevoir tous les bras des lascars s’agiter sur la rythmique.

Nous voilà enfin à attendre le concert des Svinkels. Problèmes d’organisations ou incident de dernière minute, le public a attendu plus d’une demi heure. Toute la programmation du samedi a été décalé ne permettant pas à Dj Marky de faire son set jusqu’à la fin.

Les Svinkels, les voilà enfin, malgré une attente un peu longue, ils ont su réveiller le punk qui était en nous et ce, malgré la très mauvaise qualité sonore. Il fallait vraiment être fan pour apprécier ce moment, parce que le son ne mettait rien en valeur !
Cela n’ a tout de même pas gaché entièrement ce moment passé avec eux et nous avons eu une très belle fin de concert avec Céréal Killer et en bonus un petit set de Pone solo ! Qu’ils sont chic ces Svinkels !

Le décalage de programmation nous a tout de même permis de ne pas louper le Peuple de l’Herbe, groupe lyonnais qui a su se faire une place royale au milieu de la scène electro dub. Ils ont rappelé les bons moments de Triple zéro et PH Test Two et ont fait lever les derrières les plus fatigués sur No Escape.
Pendant que Dj Kentaro faisait « brûler le plancher » dixit les plus agité d’entre nous, nous avons assisté au concert de Zenzile où l’on n’a pas su sur quel pied danser : entre rock et dub, perdus….


Une superbe programmation pour cette 9eme édition. Le site est toujours aussi agréable, les effluves de mer rappelant les doux moments d’été. On regrette cependant la mauvaise qualité sonore et les retards de programmation qui nous ont laissé dans le flou une bonne partie de la soirée.


Hélène Dehais et Claire Fournier


 [2007-10-08] Source : Le Guide des Festivals  Hélène Dehais et Claire Fournier]

 

Les 10 derniers articles du Guide des Festivals
 678 autres articles trouvés

 

CROSSROADS FESTIVAL : Festival européen de découvertes musicales en ligne

La 5ème édition sera numérique et se déroulera du 8 au 11 septembre prochain.
La BIC (Brigade d'Intervention Culturelle), soutenue par la Région Hauts-de-France, organise depuis quatre ans à Roubaix le festival européen de découvertes musicales CROSSROADS.

La cinquième édition du Crossroads Festival devait initialement avoir lieu à Roubaix du 9 au 11 septembre 2020. N'ayant pas une visibilité suffisamment claire sur la rentrée pour maintenir le festival dans sa forme habituelle, nous souhaitons innover et nous adapter à la crise actuelle pour proposer au public et aux professionnels un évènement 100% digital.



 

Jazz sous les pommiers : retrouver en ligne de nombreux contenus réalisés lors des éditions précédentes.

 
À l’heure où aurait dû se tenir la 39e édition de Jazz sous les pommiers, nous vous proposons un détour dans nos archives sonores et visuelles. Grâce à nos partenaires France 3 Normandie, France Musique et France TV – Culturebox, vous pourrez retrouver en ligne de nombreux contenus réalisés lors des éditions précédentes : émissions de radios, captations intégrales et extraits de concerts.
De quoi profiter du festival… tout en respectant la distanciation physique.



 

Le Cabaret Vert : REMBOURSEMENT DES BILLETS ET APPEL AUX DONS

Beaucoup de gens prennent le temps d'écrire aux publics ces temps-ci : missives sanitaires, fiscales, professionnelles, scolaires…
On y prendrait goût et on a soin de lire chacune de leurs réactions qui pour la plupart, fondent en bouche comme la praline d’un Carolo. Cette vague d’amour sucrée compense un peu l’amertume du moment.
Beaucoup ont spontanément appelé au soutien, comme une évidente résistance et un geste actif de solidarité.
Les « comment faire pour vous aider » ont de loin surpassé les « comment se faire rembourser ».

Nous avons dès lors réfléchi à toutes les possibilités ainsi qu’à leurs modalités.



 

Beer Love Festival : L'affiche de la 4ème édition du Beer Love Fest.

Nous avons le plaisir de vous présenter l'affiche de la 4ème édition du Beer Love Fest. Elle a été réalisée (pour la 3ème année consécutive) par l'illustratrice Montpelliéraine 
Alice Mazel.




 

Annulation de la 25ème édition du festival Art Sonic.

Chers festivaliers, c’est sans surprise que les dernières annonces gouvernementales nous amènent à annuler la 25ème édition du festival Art Sonic les 17 et 18 juillet prochains.



 

JAZZ AU PHARE 2020 : ANNULATION

Chers amis, spectateurs, amateurs de musique, musiciens, bénévoles, techniciens, partenaires, prestataires, journalistes, … en d’autres mots, chers « Jazzauphariennes » et « Jazzauphariens »,




 

Festival Beat and Beer : La 5ème édition du festival n'aura pas lieu cet été...

Il y a un mois, alors que le confinement était annoncé, nous nous apprêtions à vous dévoiler avec joie la 5ème édition du festival Beat and Beer, qui devait se tenir début juillet à Malakoff.




 

Festival Scopitone : ANNULATION DE L'ÉDITION 2020.

Dans cette période de crise sans précédent, nous avons une pensée pour chacune et chacun d’entre vous, et espérons que vous et vos proches n’êtes pas trop violemment touchés.




 

Festival International de Contis

Le 25e Festival International de Contis ne pourra pas se réaliser dans les conditions habituelles du 25 au 29 juin 2020, sur la commune de Saint Julien en Born, dans les Landes. Dans le cadre de la crise sanitaire en cours liée au COVID-19, le Cinéma de Contis restera fermé dans l’attente de jours meilleurs.




 

RIO LOCO : Report de l'édition 2020 du Festival.

Contraints de renoncer à l’édition du Festival Rio Loco 2020, nous mettons tout en œuvre pour fêter ensemble l’Afrique, du 17 au 20 juin 2021, pour sa 27ème édition.




 

Liens recommandés Annonces : produits services pour la communication de vos événements

Restez informé